Visiter la Grèce

Athènes est une cité captivante, où chaque pierre porte la trace d’un passé glorieux, chaque ruelle se perd dans les rayons du soleil de l’Attique. Son port le Pirée d’où partent les ferries  vers les îles grecques, ces paradis de la mer Egéé vous donne rendez-vous pour partir à la découverte de Mykonos, Délos, Paros pour ce premier voyage.

Promenez-vous au coeur de ses bastions populaires, Psiri, Monastiraki, vieux quartiers qui s’étirent sous la chaleur et s’abritent à l’ombre des demeures séculaires et des treilles fatiguées. Arrêtez-vous ensuite pour y boire une retsina, ce vin blanc résiné servi très frais, en dégustant des mezzé, assortiment de hors-d’oeuvre grecs dans une taverne de Plaka. Mêlez-vous à la ferveur de ce peuple qui a divisé le centre ville en quartiers, suivant les corporations qui y travaillent : le quartier des bouchers, celui des épices ou des fruits. Vous retournerez peut-être ensuite dans la ville moderne,en arpentant les boulevards qui relient Omonia à Syntagma, les deux places principales d’Athènes, et flanerez dans les boutiques chics et récentes de la rue Hermès, ou celles, presque hautaines de Kolonaki, le quartier le plus riche de la capitale. Enfin, à la nuit tombante, je vous conseille de prendre le funiculaire qui vous conduira au sommet du mont Lycabette, l’une des 7 collines d’Athènes (comme à Rome…!) et de vous perdre dans la magie des lumières et du soir : s’étendra alors à vos pieds un gigantesque océan de maisons blanches, une ville tentaculaire qui monte jusqu’aux montagnes en marbre de l’Attique et se noie dans le bleu profond et pur de la Méditerranée. J’ai souvent pensé devant ce paysage aux hommes qui inventèrent Athènes, je dis «inventèrent» car Athènes n’est pas une simple ville, Athènes est un mythe et un rêve; le rêve de la démocratie, le rêve de l’humain comme but ultime du monde, le rêve de quelques hommes. Ils s’appelaient Périclès et Solon, Platon ou Sophocle, Phidias ou Aristote…Ils nous ont donné notre société, nos repères et parfois, pour ceux qui en ont encore, nos valeurs.Et ces hommes ont construit, ont bâti le rêve , ils l’ont créé avec leurs mains et leurs génies. Il a un nom: Athènes et il porte en son coeur le plus merveilleux des monuments, l’union la plus parfaite entre la matière et l’esprit: le Parthénon. Tout le monde j’espère connait ce temple grec classique construit entre 449 et 432 avant J-C, sous la direction du statège Périclès et du sculpteur Phidias.Mais rien que pour lui et l’endroit où il est bâti, un séjour athénien vaut le détour. Cet endroit est bien sur l’Acropole, véritable navire qui guide et domine du haut de ses 156 mètres la cité. Peut-être, comme Péguy, éprouverez-vous enfin devant elle “le sentiment du divin et de la beauté absolue “. D’ailleurs tous les vestiges de l’Athènes antique sont d’un incroyable intérêt pour l’amateur d’Art et d’archéologie. L’Acropole, l’Agora et son fameux temple miraculeusement intact, le Théséion, le théâtre d’Hérode Atticus ou de Dionysos, et tous les musées de la Capitale, notamment le Musée National, permettent de découvrir la vie dans l’Antiquité, vie qui se révèla d’une exceptionnelle richesse artistique. Voilà, je pourrais continuer longtemps à vous parler d’Athènes, pendant des heures et des pages, tellement cette ville est fascinante et secrète, douce et vibrante, mais je préfère m’arrêter et espérer simplement que ces lignes vous auront donné envie de découvrir la capitale Héllène, ou si vous la connaissez déjà, d’y retourner quelques jours. Si tel était le cas, j’aurais gagné ce pari et vous, je crois, beaucoup plus.

Onglet vide, Éditez la page pur ajouter du contenu ici
Onglet vide, Éditez la page pur ajouter du contenu ici
Onglet vide, Éditez la page pur ajouter du contenu ici
Onglet vide, Éditez la page pur ajouter du contenu ici